Howard Donald: «  J’ai toujours mis mes enfants avant Take That, toujours  »

Hits



Take That’s Howard Donald présente l’épisode de cette semaine de «Dave Berry’s Dadpod» – un podcast parental qui présente une discussion amusante et émouvante sur le thème de la paternité.

Le podcast a été lancé l’année dernière, coïncidant avec l’animateur d’Absolute Radio, Dave Berry, devenant père pour la première fois. Un an plus tard, et la petite fille de Dave, Evie a presque 2 ans alors que le Dadpod revient avec une toute nouvelle gamme de mamans et de papas célèbres. Voir ci-dessous pour des citations sélectionnées de la conversation de Howard avec Dave.

Il a partagé que sa fille de 15 ans, Lola, venait d’emménager avec lui et sa famille – «Ma fille de 15 ans vient de décider de venir vivre en Angleterre et maintenant elle vit avec moi. Nous l’avons mise dans une école, et tout s’est passé très vite… J’apprends à nouveau parce que je ne l’ai jamais élevée sous le même toit. Donc, tout d’un coup, elle vient ici à 15 ans, ce qui est le pire âge de tous les temps, apparemment, alors on me dit. C’est donc une autre chose qui jette autre chose dans les œuvres ainsi qu’un enfant de quatre et trois ans. Mais ce qui est étonnant, c’est qu’elle voulait venir ici et être en Angleterre parce qu’elle voulait recommencer la dixième année et faire ses GCSE ici, mais elle voulait vraiment être avec sa famille. Vous savez, elle voulait être ensemble là où ses frères sont ici et elle, son autre sœur est ici qui est à Londres et je pense que c’est vraiment bon pour elle.

Être à nouveau père dans la cinquantaine pour ses deux garçons Bowie et Dougie – «Je pense qu’à 52 ans, c’est ce que je suis, j’ai vraiment eu du mal dans les années 50 à être père. En fait, je l’ai vraiment pris physiquement et mentalement, épuisant pour moi… Je conseillerais aux pères qui ont peut-être déjà des enfants qui sont peut-être dans leur adolescence, de ne pas le faire. Dans la cinquantaine, ne le faites pas. C’est mon expérience personnelle. Je suis sûr qu’il y a des gens dans la cinquantaine qui ont trouvé ça un jeu d’enfant, peut-être qu’ils ont, vous savez, des baby-sitters et des nounous et des trucs comme ça, peut-être pas, peut-être qu’ils ont vraiment du mal aussi, mais, je J’ai vraiment eu du mal avec ça et je ne conseillerais jamais à quiconque dans la cinquantaine d’avoir de jeunes enfants.

Il a parlé de la culpabilité qu’il ressent en tant que père: «J’ai beaucoup de culpabilité. J’ai énormément de culpabilité d’avoir quitté mes ex-partenaires et d’avoir laissé mon enfant à eux. De toute évidence, je n’ai pas été l’un de ces pères qui ont dit: « D’accord, j’ai un nouveau partenaire, je ne veux rien avoir à faire avec ça maintenant. Je ne veux rien avoir à faire avec cet enfant.  » J’ai toujours été là, je me suis toujours senti tellement coupable, j’ai toujours été là pour eux. J’y suis allé, surtout ma fille, car mon deuxième partenaire vivait en Allemagne, je faisais des allers-retours pour voir Lola toutes les deux semaines et y restais trois nuits et, au début quand je n’avais pas d’appartement , Je suis resté trois nuits dans un hôtel et j’ai dû emmener ma fille à l’hôtel pour y rester avec elle.

Il a parlé ouvertement de la santé mentale chez les hommes «Il y a beaucoup de gens qui souffrent à huis clos qui ne veulent pas en parler et c’est en quelque sorte ce que j’ai fait, tu sais? Quand j’ai eu des difficultés avec les enfants, vous savez, votre ami vous parlera de vous et vous, en quelque sorte, le cachez un peu.

Comment il jongle entre être père et être dans un groupe – «J’ai toujours mis mes enfants avant Take That, toujours. Je sais que parfois tu dois y aller et tu dois être dans Take That et tu dois être absent. Mais mes enfants sont toujours dans ma tête avant que Take That ne soit dans ma tête. C’est tellement important d’être comme ça et de ne pas perdre de vue, tu sais, qui tu es réellement, qui est un père et essayer d’être un bon père … ça a été une lutte dans le passé, être absent, tu sais, enregistrer à Los Angeles, ou partout où vous enregistrez, en tournée. La grande chose est maintenant que, chaque fois que nous sommes en tournée, je l’ai toujours mis pour que, vous savez, j’ai un mini bus qui les récupère à la gare, je viens à l’hôtel et ils êtes là depuis dix jours.

Sur la possibilité pour ses enfants de le voir jouer et leur amour pour Gary et Mark «Vous savez, nous (Take That) avons terminé pour la première fois en 96, et mon premier est né en 99, qui est Grace. Je me suis toujours dit: « Oh, mon Dieu, j’aurais aimé que tu voie ça », tu sais? « J’aurais aimé que tu aies vu ce que je faisais ou que tu me vois sur scène. » Alors, nous avons recommencé en 2006, et elle a pu me voir jouer sur scène. Puis est arrivée Lola en 2006 et je me suis dit: « Oh, j’espère qu’elle pourra nous voir, qu’elle pourra réaliser ce que je fais et quel est mon travail et me regarder jouer en live. » Alors, elle a pu me voir en direct … lors de la dernière tournée, Lola avait Bowie et Dougie sur ses épaules dans la fosse, pendant que nous jouions sur scène, nous regardant …

«C’est un tel buzz, honnêtement, c’est un tel buzz. Avec les deux autres, ils l’ont compris mais maintenant ils sont trop jeunes pour comprendre ce que je fais vraiment. Mais ils savent qui sont Mark et Gary, ils demandent toujours Mark et pas moi. Tu sais ce que je veux dire? «Où est Mark? Comme je rentre à la maison avec Mark tous les jours, tu sais?

«Dave Berry’s Dadpod» est disponible au téléchargement tous les jeudis sur Apple Podcasts, Spotify, l’application Absolute Radio, absoluteradio.co.uk et tous les fournisseurs de podcasts traditionnels.

Écoutez l’épisode complet ici: planetradio.co.uk/podcasts/dave-berry-dadpod

.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *